Archive | Mavie.com RSS feed for this section

Clap your hands

25 Juil

Sia-Clap your hands

J’écoute cette chanson trois fois par jour au moins, c’est ma dopamine du moment. Et sûrement encore plus, depuis hier, où je suis rentrée après une superbe semaine chez l’Amoureux. Une fois de plus, on a fait mentir les mauvaises langues. J’ai pas pris de photos, j’ai pas franchement eu l’occasion et nourrir mon blog n’est pas ma préoccupation première quand je suis dans l’Espace. Je préfère faire des cookies délicieux, manger le meilleur pain au chocolat au monde, profiter du soleil (et de la chaleur dévorante) de la Place Stan’, me torturer en regardant les loyers si peu chers. J’avoue que ça tourne pas mal autour de la bouffe, mon délire, mais quand je me sens bien, je mange, et cela sans prendre un gramme. Je devrais plus souvent être chez l’Amoureux ou à Berlin.. Mais j’ai pas fait que bouffer, non plus, faut pas déconner. J’ai vu un feu d’artifice sympa (on passera la bande-son agrémentée de Magic Système, hein), j’ai shoppingué chez New-Yorker (l’un des plus grands de France et du monde. Quand même…!), j’ai acheté deux-trois petites choses sympathiques. J’ai révisé aussi et j’ai pas mal geeké. #Hontesuprême. Bref,  le retour à la normale fait mal, ça fait tout bizarre. Dans quelques jours ,on récidive donc on peut comprendre que je suis plus qu’impatiente.

Et vous, alors, qu’est-ce que vous devenez?

Publicités

Méli-Malo

12 Juil

Robe Sandro.

« Bourg la Reine? C’est la campagne, ici! » – Les pauses miam-pipi-clopes sur l’autoroute -Les soirées fifilles à deux – On a loupé #SS4, ohèmgéquoi – On a philosophé entre copines sur la plage à 1h du mat’ – Une petite crêpe au sucre pour le petit-déjeuner – Une petite sieste sur la plage, pour se réveiller couleur écrevisse – Se faire surprendre par la mer, le « Be », le i-pod, le BB allaient prendre cher – Ce dernier qui a d’ailleurs hérité d’une énorme bosse – Mon BB greffé à ma main, j’ai honte, mais.. besoin de rester connectée à l’Amoureux – Ecrire sur le sable, c’est cooly-cool – Un beau ciel bleu pour agrémenter nos discussions philosophiques(ou pas) – « Ah bah je voudrais bien être le patron » ou comment draguer un Raton – Se faire réveiller par du Biniou et des danses folklos – A 11h, on tourne au café-chocolat, eux, au Muscadet. Vive les Bretons. – Les visages fatigués mais apaisés (il me semble)- Le retour (difficile) à la normale – Le tri des photos et cette sensation bizarre: ces trois derniers jours se sont-ils produit ou pas..?

La midinette #2

4 Juil


#Je suis allée voir Tournée et j’ai a-do-ré. Bon.. pas trop trop sur le moment car je me suis quand même demandé dans quoi ils nous embarquaient mais plus les heures se sont écoulées, plus j’ai compris toute la puissance de ce film. J’ai été envoûtée par ces corps gracieux, élégants, beaux. J’avais vu des gens ignobles qui soulignaient que « c’est bon.. l’époque des grosses type Beth Ditto est passée » mais putain.. ces femmes sont magnifiques! Et l’art qu’elles exercent les rend d’autant plus magnifiques, selon moi. Bref, je vais pas m’étendre sur le sujet, si vous hésitiez, foncez..!

#Les vacances, c’est fait pour voir du monde. Alors, depuis trois semaine, je me suis appliquée à voir à peu près tout le monde dont ma bloggueuse préférée aka ILovemynerd, Sabrina, Margot, mes poupées, Bulot et Raton qui est toujours là pour les pauses clopes même si on ne fume plus. Amen quoi. Mais j’ai pas fait que ça, hein.. Je bosse mes rattrapages aussi. Et je planifie peu à peu mes deux mois à venir. Ce qui nous amène au sujet suivant..

#Avant, j’écoutais énormément les gens qui m’entouraient, j’avais peur de ne pas coller à l’image qu’ils attendaient de moi, surtout mes ami(e)s. Depuis quelques années, j’écoute beaucoup plus mon instinct et je suis beaucoup plus indépendante. C’est ainsi que j’ai mené ma petite aventure en écoutant les autres, c’est une certitude mais en n’en tenant absolument pas compte. Ainsi, je me suis embarquée dans une magnifique aventure et je ne regrette à aucun moment mes choix. Et la preuve, maintenant je suis heureuse.

Le temps qui court.

27 Mai

Egon Schiele


Dans quelques jours, j’aurais vingt ans et demi. Je crois que c’est le moment de faire mon petit bilan semi-annuel et par la même occaz, de vous offrir un article personnel comme vous n’avez pas eu depuis bien longtemps vu que j’agis sur le jumeau maléfique de ce même blog, j’ai nommé Madame Froufrou. Je n’ai pas franchement vu passer ces six mois, faut dire qu’il s’est passé tellement de choses, qu’on ne les a pas vu passer.. J’ai galéré à la fac avec comme objectif d’avoir mon année. Résultat, j’ai bossé comme une dingue puis j’ai un peu tout lâché récemment, j’irais aux rattrapages mais la tête haute, je ne ne peux m’en prendre qu’à moi-même et continuer à rire quand on me dit « vous n’exploitez pas assez vos capacités! Vous êtes capables de nettement mieux! » Ahaha, oui je sais.. mais j’ai pas spécialement envie. Je ne vous raconte même pas la vie personnelle. J’ai jamais autant viré de monde de ma vie que depuis ces derniers mois. J’ai balayé les plus beaux statuts d’amitié pour tout refaire selon mes règles. J’ai eu des hauts et des bas, j’ai cru que je devenais véritablement bipolaire alors que je subissais juste la fatigue, le stress et les humeurs de chacun. Je me suis consolée en soirées sauf certains soirs où je suis rentrée encore plus déprimée qu’au départ. Ma vie sentimentale est passé du désert de Gobi au Parc Disneyland, un dimanche d’août. Non je peux pas dire le désert sinon, je vais en vexer donc on dira que je me plaignais d’être vieille et de plus vouloir papilloner; bah j’ai repoussé les limites de la vieillesse. Mais j’ai, enfin, réussi à trouver un équilibre avec moi-même et c’est assez plaisant avant de le trouver avec quelqu’un. Ca fait longtemps que je n’y croyais plus trop. Et j’ai tout revu, le sourire figé sur les lèvres dans le taxi qui me ramenait chez moi. Je crois que j’ai grandi dans ma tête en six mois. Je me suis un peu plus affirmé, j’ai réalisé qu’à vingt ans, tout est possible. Qu’il suffit juste de se la donner, la chance. J’ai compris (un peu plus) que chaque jour était nouveau et que ce n’était pas si grave de passer du rire aux larmes. Le principal, c’est de vivre. Et il me reste encore six mois pour savourer le plus bel âge.

Spring Break 2010

1 Mai

Voilà, (un peu), ce que j’ai fait pendant mon absence.

Oh que vois-je? Un tatouage? Oui mais pas ici //  S’il y a bien UN truc que je consièdre comme « it », c’est l’espadrille en été, alors oui il paraît que c’est pas glamour mais j’overkiffe chaque année! // Manger une VRAIE (de vraie) glace, j’avais besoin de ça, je peux vous dire que j’ai largement été comblée pour le coup // Nos déjeuners/goûters/apéros aux diverses terasses dans le Marais (bien souvent..) D’ailleurs, vous pouvez observer M. Ribéry himself sur la canette de coca. Classe..! (Mais où est Zahia..?) // Ma grosse chose apprenant à boire dans un berre (et il y arrive) // J’ai enfin bouclé mon Berlin Book, plaisir des yeux et du coeur quoi.. //  Un dîner au Schwartz’s Deli dans le Marais, plutôt bon et bonne ambiance.

S’il y a des photos floues ou moches, je vous prie de m’excuser mais j’ai pas toujours mon reflex sous la main donc c’est souvent Blackberry et puis.. certaines photos ont été prises tardivement (ou pas) et parfois sous l’effet du mojito // sex on the beach. Je vous rappelle que l’alcool est à consommer avec modération. #FAIL.

The Holiday

15 Avr

Le sexy Jude Law et ses lunettes sexy.

En regardant The Holiday l’autre jour, j’ai eu pleins pleins de pensées dans la tête, ça m’a permis de (re)faire le point dans ma vie, dans mon coeur et surtout dans ma tête. Et notamment, passer des larmes aux rires en écoutant Emmanuelle Béart chanter A pile ou face dans « 8 femmes« . D’ailleurs, ce film me manque. Et ça me manquait de pas avoir pleurer en riant seule dans mon salon en sautant sur le canapé. Mais pour revenir au film « The Holiday« , je ne sais pas si vous connaissez un peu le topo.. Ce sont deux jeunes femmes qu’en ont ras le cul de l’amour et qui décident d’échanger leurs maisons alors qu’elles habitent à l’autre bout du monde chacune (rheum.. USA versus Angleterre quoi). Donc, voilà.. je m’adresse à mes lectrices internationales (qui traduisent ce blog dans leur langue grâce à Google) si elles pourraient m’héberger.. allez.. deux semaines. Je leur prête ma vie, si elles veulent. Des chouettes copines,  des mecs relous (plusieurs donc vous aurez même du choix..!), un chat aimant, un cadre assez plaisant et toute ma collection d’Hello Kitty à votre disposition. Voilà, je demande pas grand-chose! Je suis prête à faire des concessions pour mon avenir donc aidez-moi, merde! Vous me direz pas besoin d’aller si loin que le Pérou mais j’aimerais être totalement dépaysée de cet entourage masculin qui me pourrit l’existence en ce moment. J’aimerais oublier que les mecs (trop) jeunes t’apportent tout sur un plateau d’argent et te traitent comme Mère Théresa (pas très glamour d’ailleurs, cette comparaison..) et que les mecs (trop) vieux se prennent pour des jeunots et ne servent à rien. J’aimerais y croire et ne pas être défaitiste quand une situation plutôt.. bizarre se présente à moi alors qu’elle peut se révéler très enrichissante. Et puis, j’aimerais ne plus saouler mes copines (surtout trois en particulier, toutes différentes donc toutes exceptionnelles) aux terrasses des cafés (du Marais, assez souvent, d’ailleurs..) en leur racontant ma piètre vie sentimentale d’une fille qui a vingt ans mais qui se sent déjà vieille. Une fille de vingt ans qui s’amuse en boîte mais qui rêve juste qu’il y en ai qu’un. Et un seul. Pas cinq. J’aimerais vivre dans une société où les mecs ont pas peur de changer leur statut Facebook quand ils ont l’impression que c’est un engagement aussi grave que le mariage. Et puis, j’aimerais aussi que les filles (je me sens concernée) soient moins.. niaises en amour. Vivons à pile ou face, les filles mais éclatons-nous! Qu’il soit seul ou qu’ils soient cinq, éclatons nous. Et rejoignez-moi sur mon canapé, il est interdit de séjour pour la gente masculine. Sauf Berlioz mais.. Berlioz est le seul homme qui me reste et tant pis, c’est lui qui prend toute l’affection que j’ai à revendre. Après, on s’étonne qu’il se reproduise avec mes écharpes..

Chronique de vie.

6 Avr

Ouais, j’ai rien d’autre à mettre pour le moment. ( et c’est aussi pour joliment faire mentir les gentilles demoiselles qui disaient aimer ma structure de cheveux. En vrai, ils sont comme ça et pas tout foufous. Mais j’aimerais ;) )

Bon ça y est, j’ai plus qu’à bouffer les pages de mon Code Civil après avoir vu mes résultats du premier semestre mais je m’en sortirais, j’y crois! et Surtout, je ferais tout pour. Et je ne peux m’en prendre qu’à moi donc c’est pas la fin du monde. Mais j’avoue que j’ai légèrement les boules quand je vois que les autres réussisent. Tu me diras, il m’arrive toujours des embrouilles (j’essaie de rester polie, tu remarqueras) à chaque gros exam’. Si un jour, je deviens avocate, je pense que je pourrais bénir le mauvais esprit qui me colle au dos depuis toutes ces années..

Sinon, je suis tombée sur cet article récemment? Et ça m’a fait pensé à la scène dans Sex and the city quand Carrie rompt et par la même occaz’ casse son portable et que son assistante lui rouvre une ligne et qu’elle a changé d’indicateur (oula pourquoi tant de mots dans la même phrase..). Tout ça pour dire que OUI, c’est bête et inutile mais ça va me faire bizarre de me dire qu’il y aura des numéros en 07; surtout que ma dernière lubie, c’est de m’ouvrir une seconde ligne téléphonique, oui je suis tellement people que j’en ai besoin, kikoulol. Non non c’est juste par pure vanité et j’en suis consciente, je vous rassure.

Sinon, avec les joies du printemps, il y a aussi les inconvénients. La furieuse envie de s’étaler sur l’herbe de notre charmant campus plutot que de s’enfermer dans les amphis; les odeurs corporelles amplifiées dans les transports en commun, les coups de soleil pris aux terrasses; les résultats de partiel (#FAIL); les partiels (la même); les hommes qui reviennent pour la saison des amours et mon chat qui miaule à tue-tête. Mis à part ça, le printemps est ma saison préférée.

Et pour finir sur une note personnelle mais mignonne, je dirais que je ne sais plus qu(o)i choisir et que cette demoiselle me manque putainement. C’est de l’amour blogguien, tu peux pas test’ Baby.